Forum du Spirou Basket
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Paquet de 6 Cartes Animal Crossing Sanrio Welcome Amiibo à 10€
9.99 €
Voir le deal

Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Aller en bas

Reprise du championnat : où suivre les matchs? Empty Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Message par Véro Mer 4 Nov - 12:50

Des infos ici :
https://www.spiroubasket.be/actualite/20201104-euromillions-league-ou-suivre-les-rencontres?fbclid=IwAR0ZjxrO3Yg1DydRxalFAg0UnQjqlDwcyX2lJvFb4VhXIbP-Mb6fPEeDum0

Véro
Véro
Modérateur
Modérateur

Messages : 1508
Date d'inscription : 10/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Reprise du championnat : où suivre les matchs? Empty Re: Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Message par Véro Jeu 5 Nov - 15:57

Dans Le Soir d'aujourd'hui, il y a une analyse de la situation dans les différents clubs.
Si un utilisateur du forum est abonné, serait-il possible d'avoir une copie de l'article? On y parle notamment des clubs en difficulté...
Liège a annoncé qu'il reportait tous ses matchs à domicile et en déplacement jusqu'à fin décembre et que les joueurs étaient en chômage économique... Une question de survie!


[la DH : "On le sait, depuis plusieurs semaines maintenant, Christophe Muytjens, le directeur général de Liège Basket, le crie haut et fort: cette reprise du championnat sans spectateur est inenvisageable dans la Cité ardente. Si dans un premier temps, la Ligue avait offert la possibilité aux clubs visités de reporter leurs deux premiers matchs à domicile à une date ultérieure, elle a ensuite étendu cette éventualité à l'ensemble des matchs disputés à domicile en 2020.

Mais du côté de Liège Basket, on vient de prendre une décision encore plus radicale: les Liégeois ne disputeront aucun de leurs matchs prévus en 2020, que ce soit à domicile et à l'extérieur. "Après réflexion et concertation au sein de son CA, VOO Liège Basket décide de poursuivre son aventure, des solutions ont été trouvées en interne. Cependant, parce que le club repose sur le soutien de ses partenaires, par respect pour ces derniers mais aussi pour ses supporters et abonnés, VOO Liège Basket a décidé de reporter tous ses matchs de novembre et décembre, à domicile et en déplacement à janvier 2021", explique le club sur sa page Facebook.

Concrètement, cela concerne les matchs à Limburg le 6 novembre (report demandé par Limburg), contre Alost le 13 novembre, contre le Spirou le 4 décembre, à Louvain le 8 décembre, les matchs du premier tour de la coupe de Belgique les 12 et 12 décembre, contre Limburg le 18 décembre et à Alost le 26 décembre (demandé également par Alost).

La petite interrogation se situe donc au niveau du match à Louvain pour lequel les Liégeois doivent encore contacter le club. Si les Louvanistes décidaient tout de même de la tenue de la rencontre, Liège Basket pourrait ne pas y prendre part. Mais on imagine difficilement cette situation se produire, les clubs devant se montrer plus solidaires que jamais dans cette situation compliquée."]
Véro
Véro
Modérateur
Modérateur

Messages : 1508
Date d'inscription : 10/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Reprise du championnat : où suivre les matchs? Empty Re: Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Message par RedSox14 Jeu 5 Nov - 16:37

Voici
Le Soir 05.11
La direction de Liège Basket a annoncé ce jeudi son intention de ne disputer ni ses matchs à domicile, ni ses matchs en déplacement, qui sont prévus jusqu’à la fin de l’année 2020 en Euromillions Basket League, le championnat belge de basket, ainsi qu’en coupe de Belgique.

Dans un premier temps, les dirigeants de la Pro Basketball League avaient offert la possibilité aux clubs visités de reporter leurs deux premiers matchs à domicile à une date ultérieure, étant donné le huis clos imposé par la crise sanitaire. Elle a ensuite étendu cette éventualité à l’ensemble des matchs prévus à domicile en 2020. Du côté de Liège Basket, après réflexion et concertation au sein du Conseil d’Administration, il a été décidé de ne jouer ni les matchs à domicile prévus jusqu’à la fin de l’année civile, ni ceux en déplacement.

« VOO Liège Basket décide de poursuivre son aventure, des solutions ont été trouvées en interne. Cependant, parce que le club repose sur le soutien de ses partenaires, par respect pour ces derniers mais aussi pour ses supporters et abonnés, VOO Liège Basket a décidé de reporter tous ses matchs de novembre et décembre, à domicile et en déplacement à janvier 2021 », explique le club sur sa page Facebook.

Concrètement, cela concerne les matchs à Limburg le 6 novembre (report demandé par Limburg), contre Alost le 13 novembre, contre le Spirou le 4 décembre, à Louvain le 8 décembre, les matchs du premier tour de la coupe de Belgique les 12 et 13 décembre et ceux contre Limburg le 18 décembre et à Alost le 26 décembre (demandé également par Alost). Une interrogation subsiste néanmoins pour le déplacement de Liège Basket à Louvain pour lequel les Liégeois doivent encore entrer en contact avec leurs adversaires afin de savoir s’ils acceptent de reporter ce match à une date ultérieure. Si ce ne devait pas être le cas, Liège Basket pourrait ne pas disputer cette rencontre. Pour rappel, le championnat de basket reprend ses droits en Belgique ce vendredi 6 novembre avec la rencontre entre le Brussels et les Giants d’Anvers.

RedSox14
Remplaçant
Remplaçant

Messages : 55
Date d'inscription : 25/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Reprise du championnat : où suivre les matchs? Empty Re: Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Message par RedSox14 Jeu 5 Nov - 16:46

Et voilà...bonne lecture
Le Soir 04.11 Par Stéphane Druart
Le basket belge reprend pour exister: plusieurs clubs, fragilisés financièrement avant la pandémie, sont menacés de disparition
Il avait été le premier sport collectif belge à s’arrêter, dans la foulée de la finale de la Coupe disputée le 8 mars à Forest National… Huit mois plus tard, le basket professionnel sera quasiment le dernier à reprendre vie, ce vendredi ! Tous les protocoles sanitaires, qu’ils concernent l’organisation des matches ou le testing, ont été validés sans discussion tant ils avaient été minutieusement préparés.

Mais il serait indécent de se réjouir béatement. Par éthique : aussi féru soit-on, le basket, pas plus que le sport en général, n’est une activité essentielle de la société, bien qu’il participe à son économie et à son bien-être. Par réalisme ensuite. Car alors que toute la préparation misait sur des jauges pondérées en fonction de chaque salle, cette entame de saison se fera dans la tristesse d’un huis clos qui était totalement rédhibitoire au printemps.

Logique puisque les dix clubs pros, ne bénéficiant ni de droits télévisés significatifs ni de plus-value sur les transferts comme en football, dépendent majoritairement, outre des aides publiques vitales à certains, de leur billetterie et de leurs partenaires.

Ces supporters et sponsors, privés de tout autre retour sur investissement que leur visibilité médiatique ou digitale, n’en auront pas pour leur argent, au minimum jusqu’au 12 décembre, la première date prévue pour réévaluer la situation. Mais personne n’est dupe : il n’y aura probablement pas de public dans les salles avant l’année prochaine !

C’est donc une reprise un brin suicidaire dont les clubs assument le risque au sommet de la deuxième vague d’une pandémie qu’ils ont, comme tout le monde, rêvé s’éloigner. C’est même pour cette raison qu’ils avaient préféré, à la fin de l’été, reporter d’un mois le coup d’envoi du championnat. A posteriori, ce n’était sans doute pas la meilleure décision. Car alors que les joueurs et leur encadrement sont payés, comment survivre indéfiniment, et demander aux partenaires d’honorer leurs engagements, sans même… exister ? C’est la seule priorité qui guide la reprise. Personne ne se demande qui va remporter le titre ou la Coupe. Ou alors, cyniquement : qui sera le dauphin d’Ostende ?, tant le champion paraît promis à une… dixième étoile consécutive ! Le véritable enjeu est existentiel : plusieurs clubs, pour la plupart déjà fragilisés financièrement avant la pandémie, sont menacés de disparaître en cours de route, si tant est que la saison arrive à son terme.

Qui va survivre ?

À moins d’une embellie début d’année, tous vont souffrir. Et c’est donc entre inquiétude, soulagement, nécessité et, heureusement, un peu d’excitation quand même, que le championnat va commencer. Les joueurs et les coaches se disent très enthousiastes de renouer avec la passion qui les nourrit. Les trois clubs européens, Ostende, Anvers et Mons, principaux moteurs sportifs des dernières années, y appelaient avec le plus d’insistance : eux jouent en compétition depuis plus d’un mois. Alors que leurs pairs s’y préparent comme ils peuvent, entre matches amicaux annulés, joueurs écartés ou transferts empêchés de voyager et, surtout, un horizon totalement bouché. Car quand la situation sanitaire redeviendra-t-elle propice à la pratique d’un sport de contact en salle et d’un sport-spectacle qui vit par essence de ses assistances ? Pour les dirigeants, cette vision inexistante est la plus angoissante. Et elle pourrait les amener à décréter un nouvel arrêt, ou à modifier le format de compétition maintenu (deux groupes de cinq, fusionnés au terme d’une première phase d’aller-retour en une saison régulière classique qui élit 8 clubs en playoffs), si le huis clos devait perdurer.

Une visibilité essentielle

C’est pour éviter ce cauchemar que Liège, Alost et Charleroi s’étaient opposés à ouvrir cette saison. S’ils se sont ralliés à la majorité, c’est soit par solidarité, essentielle dans ces difficultés, soit parce qu’ils ont obtenu la latitude de ne pas jouer à domicile avant janvier. Il suffit de jeter un œil aux deux premières journées, déjà suivies d’une interruption pour l’équipe nationale puis d’un week-end réservé à la Coupe, pour s’apercevoir combien le calendrier sera chahuté : quatre matches à peine sont programmés en novembre !

La flexibilité et la capacité d’adaptation seront les maître-mots de cette campagne où la survie d’une Ligue professionnelle, appelée à se réinventer et désireuse de s’étendre dès la saison prochaine aux Pays-Bas au sein d’une BeneLeague dont le vote de principe a été reporté à janvier, primera sur les enjeux sportifs.

Paradoxalement, tant les clubs ont souvent fustigé l’insignifiance des droits télévisés sur leur budget, c’est grâce à ses trois diffuseurs (VOOsport, Telenet et Proximus) que la Pro League va exister.

Au-delà de la quarantaine de matches en direct retransmis sur la saison, le contrat de 3 ans qui expire a permis d’équiper les salles pour proposer toutes les rencontres sur la plateforme de streaming www.embl.tv, gratuite en novembre. Car sans public ni visibilité, il n’y aurait aucun sens à rejouer.

Un mot pour résumer la situation.
Mis en ligne le 4/11/2020 à 20:47
Arthur Goethals (Pro-League) : « Existentiel »


« On peut toujours remettre à plus tard, mais avec quelles garanties que les conditions sanitaires seront meilleures ? Cette absence de vision est le plus compliqué à gérer. Si l’impossibilité d’accueillir du public perdure, il faudra sans doute prendre des décisions p our éviter la disparition de certains clubs en cours de route. C’est cette crainte qui nous a incités à autoriser une grande flexibilité au niveau du calendrier durant les premières semaines. Car il vaut mieux une entame de championnat très compliquée qu’une absence totale d’activité. Si le basket belge n’occupe plus le terrain, comme depuis mars, partenaires, supporters, structures et autres organisations risquent de nous oublier, alors qu’on était à l’aube d’un nouvel élan extrêmement important : le projet d’une BeneLeague de plus en plus concret. Or, grâce à la visibilité que nous offrent les directs télévisés et notre plateforme de streaming, il est possible d’exister. »

Marie De Clerck (BC Ostende) : « Soulagé »
« Les 8 mois d’arrêt ont été très durs mentalement pour les joueurs. Les nôtres, qui ont déjà repris en Champions League, sont excités comme des enfants… Pour le staff aussi, c’est un soulagement. Même si je suis convaincue que nous pourrions accueillir du public sans risque sanitaire compte tenu des protocoles établis, je comprends évidemment le huis clos imposé et le choix d’entamer le championnat malgré tout nous semble la meilleure solution, y compris pour nos partenaires et supporters envers lesquels nous envisageons des compensations. Il est probable que cette saison soit déficitaire et que des clubs se retrouvent en grosses difficultés. Sans aide de nos gouvernements, les « petits sports » vont encore plus souffrir. Mais à nous d’imaginer d’autres modèles économiques, à commencer par la BeneLeague en projet avec les Pays-Bas qui permettrait d’élargir le marché. »

Thierry Wilquin (Mons-Hainaut): « Social »
« Il faut au moins craquer une allumette pour enclencher le feu. Le huis clos représente d’habitude une punition. Mais rester à l’arrêt serait encore plus néfaste. Il faut admettre l’incertitude et l’absence de perspectives : le plus dur. Et limitons-les au maximum pour maintenir notre activité dès le moment où c’est envisageable. Le recours au chômage reste possible, mais il est de notre responsabilité d’y faire appel à bon escient. Le rôle social d’une entreprise consiste notamment à assurer de l’emploi, aux joueurs – et nos basketteurs sont loin d’être aussi riches que les footballeurs –, ouvriers et employés des clubs ainsi qu’autres métiers que les sports professionnels génèrent, comme le journalisme. Cette reprise a donc une dimension économique, sociale et existentielle. La priorité, à l’instar dans tout secteur plongé dans cette crise, c’est de terminer la saison en vie : l’enjeu sportif est davantage relégué au deuxième plan. »

Gabriel Jean (Spirou Charleroi) : « Inquiet »
« Je ne suis pas tracassé par l’aspect sportif : cette saison est l’occasion rêvée de lancer notre nouvelle stratégie basée sur les jeunes. En revanche, si Charleroi n’était pas partisan d’entamer la saison à huis clos, c’est autant pour des motifs éthiques qu’économiques. Délicat de considérer le basket comme essentiel dans le marasme actuel… Le récent renon de notre meneur l’a souligné : sa femme enceinte l’a sommé de rentrer au Danemark. Et à la Ligue, j’ai parfois eu l’impression d’assister à des réunions de soins intensifs tellement la situation des clubs est préoccupante. Au Dôme, l’impact est d’autant plus important que notre modèle économique, basé sur la diversification événementielle et des revenus exclusivement privés, nous coupe de tous revenus alors que le basket continue à plonger nos dépenses. Mais nous nous sommes ralliés à la majorité par solidarité. »

Nikkel Kebsi (Brussels) : « Prêts »
« Le bénéfice d’avoir retardé d’un mois le coup d’envoi du championnat, c’est que nous sommes ultra-préparés. La Ligue a abattu un travail exceptionnel : tous les protocoles, qu’ils concernent l’organisation des matches ou le testing, ont été validés sans discussion ! Nous étions donc tous prêts pour accueillir du public. Maintenant, le huis clos peut-il durer ? Notre dossier de licence ayant été élaboré en plein confinement, durant la première vague, nous avons appliqué les recommandations de prévoyance du Commissaire aux comptes, en envisageant des scénarios avec, sans ou peu de public, en concevant un budget ultraprudent, en resserrant les dépenses et en limitant les risques au niveau du recrutement ou des prolongations de contrat. J’ai donc hâte que le basket belge reprenne vie. Tout en redoutant un nouvel arrêt brutal qui ruinerait nos efforts. On va tous sortir de cette crise plus fragiles, mais on va survivre parce qu’on s’y est préparé. »

Christophe Muytjens (Liège Basket) : « Insensé »
« N’est-il pas indécent d’entamer la compétition au moment où les hôpitaux débordent et autant de gens perdent leur emploi ? Ça me pose d’autant problème que si le huis clos perdure, Liège va tout droit vers la liquidation. Nous ne sommes pas les seuls à le redouter, mais nous avons eu le cran de le dire. Sur base de contacts avec la Ministre des Sports, Valérie Glatigny, le public ne devrait pas être admis avant janvier au plus tôt. Nous avons partagé cette information dans l’espoir de provoquer le débat, mais la Ligue ayant décidé de foncer coûte que coûte, Liège va s’occuper de son sort. Nous ne voulons pas rejouer avant 2021. Et allons remettre nos joueurs et le staff au chômage temporaire pour force majeure. Nous n’avons pas le choix pour survivre, notre unique priorité. Nos partenaires et supporters semblent soutenir cette position. »[/b]

RedSox14
Remplaçant
Remplaçant

Messages : 55
Date d'inscription : 25/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Reprise du championnat : où suivre les matchs? Empty Re: Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Message par Véro Jeu 5 Nov - 17:10

Grand merci!
Véro
Véro
Modérateur
Modérateur

Messages : 1508
Date d'inscription : 10/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Reprise du championnat : où suivre les matchs? Empty Re: Reprise du championnat : où suivre les matchs?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum